L’Odyssée : vivez l’épopée Cartier

L’Odyssée de Cartier est bien plus qu’une simple publicité. Il s’agit d’un chef d’œuvre. Sous la forme d’un clip de 3 minutes 30, il se positionne à la hauteur d’un court métrage.

Talent et ambition

L’agence Marcel, spécialiste du storytelling, a mis 2 ans pour produire le clip. Un travail titanesque, des effets spéciaux fantastiques, 110 personnes impliquées et un budget massif : 4 millions d’euros. Soit 20 à 25% des investissements publicitaires de la maison. Nettement plus, à titre d’exemple, que le budget de production du célèbre film “La Haine” de Kassovitz (1995). C’est le dimanche 4 Mars 2012 que l’Odyssée est étalée aux yeux des français à la télévision, juste après le journal de 20h de TF1 et le lendemain en prime time sur Canal +.

 

Une pluie de symboles

Dans cette vidéo onirique et fascinante, on suit le parcours de la panthère, majestueux emblème de la maison Cartier depuis les années 1950. Elle nous guide dans des paysages fictifs, nous fait revivre le passé de la célèbre maison, fondée en 1847. En effet, chaque paysage traversé retrace un moment de l’histoire de la marque : la Russie, la Chine, l’Inde et évidemment… Paris.

Au départ, la statue de panthère demeure dans la maison parisienne du 13 rue de la paix. C’est l’endroit où les 3 frères Cartier, unis par une passion commune, ont bâti, pierre après pierre, la notoriété de la Maison à l’international.

La panthère nous emmène ensuite en territoire enneigé, au royaume des tsars, avec ses chevaux blancs et palais impériaux. En effet, dès 1907, Cartier devient l’apanage de l’aristocratie russe, adepte du luxe à la française.

Nous admirons ensuite les géantes pièces mythiques « Love » et « Trinity » dans les montages suisses, où Cartier ouvre une boutique (Genève) en 1969. Le bracelet « Love », symbole de l’amour, a été dessiné par Aldo Cipullo en 1969. La bague mobile aux 3 ors (jaune, gris et rose) « Trinity » est imaginée par Louis Cartier en 1924.

Elle fait ensuite face à un gigantesque dragon, symbole de la Chine, où Cartier fait fortune dès 1992, grâce à son implantation à Hong Kong. Encore aujourd’hui, les chinois sont de fervents admirateurs de la marque, et n’hésitent pas à acheter des bijoux Cartier, moins chers, lors de leurs passages en Europe.

La panthère nous guide alors en Inde, sur le dos d’un éléphant titanesque. Dès 1911, Louis Cartier se rend en Inde pour trouver des pierres précieuses exceptionnelles. En 1928, le maharadjah de Patiala commande un énorme bracelet de cérémonie à Cartier, et marque le début de la fascination des princes indiens pour la maison. En taillant les gemmes sous forme de fleurs et de fruits, Cartier s’inspire du style indien et perse. Ces bijoux aux formes colorées seront baptisés plus tard « Tutti Frutti ».

Nous partons derrière à la conquête des cieux, aux côtés du célèbre aviateur Alberto Santos-Dumont. En effet, il est à l’origine de la première montre à poignet avec bracelet en cuir. En 1904, les hommes portent des montres à gousset mais l’aviateur demande à son ami Louis Cartier de lui créer une nouvelle montre, sur mesure : une révolution.

Cette traversée des paysages et des époques se termine épiquement à Paris, capitale du goût et de la joaillerie.

Résultat : un film vu par le monde entier 
  • Télévision : 160 millions de téléspectateurs uniques dans le monde
  • Cinéma : 3 millions de cinéphiles touchés
  • Digital : 1 milliard d’impressions dans le monde
  • YouTube : 20 millions de vues à ce jour
  • Réseaux sociaux : +50% de fans sur Facebook en seulement 2 semaines, “Cartier Odyssée” a fait partie des Trend Topics sur Twitter le jour du lancement
  • Relation Presse : 240 articles qualitatifs écrits en 2 semaines dans les pays ciblés
Le mot de la fin

« C’est une campagne parapluie sur la marque, destinée à créer du rêve » explique Bernard Fornas, le PDG de Cartier, avant de poursuivre : « Avec ce film, nous avons voulu réaffirmer avec force le mythe Cartier, réaliser une fresque cinématographique qui met au premier plan son histoire, ses valeurs de créativité, d’élégance et de raffinement, ses inspirations, sa dimension artistique et universelle ».

Preuve que le moteur du luxe reste le rêve. Le marketing nous fait alors vibrer par un paysage exceptionnel, une histoire onirique, un bijou dont on a toujours rêvé.

Iwen Written by:

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *